Les wallpapers :










Recherche


Ce site est inscrit sur:
Referencement

L'incroyable Hulk contre Iron-man : Critique PDF Email
Note des utilisateurs: / 3
PauvreMeilleur 
Cinéma - Adaptation Comics
Ecrit par nikoslyders   
dimanche, 20 juillet 2008 20:46

16 juillet 2008:

Marvel a eu la brillante idée (commerciale) d'organiser dans tous les grands cinémas de France la grande soirée Marvel de l'été.

Au programme, 2 projections de films Marvel pour, d'une part, Iron-man et d'autres parts, l'avant première du film l'incroyable Hulk 2008.

Et il est bon de le rappeler, il n'existe actuellement aucune meilleure adaptation cinématographique de comics au cinéma que le Grand Iron-man, avec en sus la prestation impeccable de notre amis Tony Stark (Robert Downey Jr).

Et cette dernière reste LE carton plein de Marvel qui n'a pas à rougir de ses exploits au box-office (560 millions de dollars dans le monde !) Une suite est actuellement en cours d'écriture et déjà attendue dans nos salles pour le 30 Avril 2010 (sources comingsoon).

Alors en attendant de revoir Tony Stark sur grand écran, profitez de la visite d'un autre Avenger au cinéma le 23 Juillet: HULK.

Critique du film:

Pour cette nouvelle adaptation du géant vert, un frenchy a eu l'occasion d'en prendre les commandes: Louis Leterrier.
On nous avait promis du lourd, du Hulk ! Et du vrai !

Durant 1h40 on reste, effectivement il est vrai, collé à son fauteuil en dégustant la moindre miette d'effets visuels, mieux retravaillés, depuis le premier trailer posté sur cinecomics.fr
Au bout de 15 min de film, le géant entre en scène de manière extrêmement efficace et de tous points de vue visuellement impressionnant.

On y retrouve alors un Edward Norton chétif, bien plus proche du personnage des comics, torturé par cette "malédiction" l'éloignant de sa belle Betty Ross (Liv Taylor).

Pour le Pitch:
Le scientifique Bruce Banner cherche désespérément un antidote aux radiations gamma qui ont créé Hulk. Il vit dans l'ombre, toujours amoureux de la belle Betty Ross et parcourt la planète à la recherche d'un remède.
La force destructrice de Hulk attire le Général Thunderbolt Ross et son bras droit Blonsky qui rêvent de l'utiliser à des fins militaires. Ils tentent de développer un sérum pour créer des soldats surpuissants.
De retour aux Etats-Unis, Bruce Banner se découvre un nouvel ennemi. Après avoir essayé le sérum expérimental, Blonsky est devenu L'Abomination, un monstre incontrôlable dont la force pure est même supérieure à celle de Hulk. Devenu fou, il s'est transformé en plein cœur de New York.
Pour sauver la ville de la destruction totale, Bruce Banner va devoir faire appel au monstre qui sommeille en lui...

Oui mais voilà, bien que le film ait misé sur l'action, le scénario n'aurait pas dut pour autant être totalement ignoré. Au final l'histoire du film se résume aux 2 minutes du trailer final. Marvel recul peut-être d'un pas pour mieux sauté, mais cette nouvelle franchise ne semble détenir que la clé de la réussite visuelle.

Pour rappel, THE HULK 2003 du réalisateur Ang Lee nous proposait une version bien moins réaliste mais plus pêchue que celle de Leterrier. Un scénario collant parfaitement ou presque aux comics, avec une réalisation osée (stylée comics/BD) qui avait fait de ce film, un film de genre, peut-être pas assez commercialement tourné vers LE public.

Bref, on y retrouve comme promis HULK contre l'ABOMINATION alias Tim Roth qui y incarne un super soldat qui, poussé par sa soif de violence et sa jouissance à être sur le terrain de guerre, décide de devenir le cobaye de l'armé en s'injectant de forte dose du Sérum du super soldat afin de défier HULK sous le consentement du Général Ross.
C'est ce même Sérum que nous retrouverons plus tard dans la prochaine adaptation Captain América de Marvel...

Une prestation qui selon moi ne convainc pas des masses et qui ne reflète que l'aspect lisse du film: Un héros, un méchant, une histoire d'amour et pas vraiment de scénario.

Je ne jette pas la pierre au réalisateur qui aura hélas cédé aux pressions des distributeurs bien décidés à emputer quelques minutes à l’œuvre originale. On apercevra alors des scènes de la bande annonce absentes dans le film et qui pourtant font office de fil rouge logique dans le déroulement du peu de scénario qu'il reste à l'écran.

Et encore une fois, félicitation à la prestation de Robert Downey Jr qui fait une brève apparition dans la dernière scène de ce film.
" Nous sommes en train de monter une équipe..." alors vivement les Avengers ;)

Ma note 6.5/10

Ajoutez votre commentaire

Votre nom:
Votre site web:
Commentaire:
  Code de vérification. Lettres minuscules seulement et sans espace.
Code de vérification: