Blog The Avengers  Blog The Dark Knight Rises  Blog Amazing Spider-Man  Superman Man of Steel  Blog Captain America  Blog Thor  Blog Green Lantern  Blog Iron Man  Blog Wolverine  kickasslogo

[Critique] Chronicle : le film évènement à base d'anti-héros !

Accéder au profil de l'auteur : ComicShadow

chronicle critique
Cela fait seulement trois mois (oui, seulement !) que nous vous avons parlé pour la première fois de Chronicle sur CinéComics.fr. Réalisé par Josh Trank, ce film à la base sans grande envergure s'est vite révélé être une véritable surprise cinématographique, qui en peu de temps a réussi à conquérir le coeur de ceux qui avaient vu les premiers trailers. Cette passion et cette attente, sont-elles justifiées ? Le film mérite-t-il d'être classé parmi nos plus grands coups de coeur cinématographiques de 2012 ? Comme va vous l'expliquer cette critique,... Oui ! Celle de Neoslyder ne fera que confirmer !


chronicle-affichecc

Casting choc - Du jeu naturel = du réalisme assuré ! -

La base du film repose sur les trois protagonistes, à savoir Andrew (Dane DeHaan), Matt (Alex Russell) et Steve (Michael B. Jordan). Le point de départ, c'est Andrew, qui se met à filmer sa vie pour garder une trace de son histoire, pour avoir ses "chroniques" à portée de main. La vie d'Andrew n'est pas des plus faciles, et l'acteur nous délivre un merveilleux jeu totalement fidèle à ce que seraient les réactions d'un adolescent face à des problèmes tels que les siens.

Matt, le mec cool et posé, et Steve, la star du lycée au grand coeur, sont du même niveau de jeu : réactions totalement vraisemblables, attitudes naturelles et logiques en fonction de leur caractère, etc... Le fait que les trois quarts du film soient filmés via la caméra d'Andrew permet de crédibiliser tous leurs faits et gestes, le film devenant vraiment un docu-fiction fait maison, comme REC ou le Projet Blair Witch.

Au niveau des dialogues, on pourrait vraiment croire à de l'improvisation, à de la spontanéité. Pas de phrases toutes faites, mais vraiment des dialogues de jeunes, des phrases à l'arrach', des conneries à longueur de journée... Tout pour y croire !
chronicle-poster-3cc

Scénario-documentaire - Du simple, de l'efficace, du succès assuré ! -

Le pitch de base, nous l'avons tous en tête : des ados découvrent quelque chose de surnaturel, acquièrent des pouvoirs, s'en servent pour s'amuser, et l'un d'eux finit par partir en vrille. Sous la couverture, nous avons quelque chose de beaucoup plus épais, de bien plus travaillé. Les relations entre les personnages principaux et leur entourage sont forcément mises en avant, et créent des situations toujours plus réalistes les unes que les autres, mais avec peu à peu l'arrivée des nouveaux pouvoirs et des nouvelles personnalités des héros au sein de ces relations. Il est évident que cela changera pas mal de choses, pour le meilleur... comme pour le pire !

En dehors des relations et interactions entre les personnages, nous avons aussi une étude approfondie de la psyché d'Andrew. Face à ce jeune homme complexe et désorienté, nous serons tour à tour compatissant puis en colère contre lui, tour à tour pour lui ou contre lui. Quelques scènes seront centrées exclusivement sur Matt, mais il n'empêche qu'Andrew reste la figure de proue du film.

Le scénario en lui-même n'est finalement pas vraiment définit puisque le film n'est qu'une suite logique d'événements conduisant les personnages d'une situation à une autre. Les scènes n'ont pas pour but de créer un scénario complexe et écrit, mais bel et bien de montrer au monde ce que pourraient devenir des adolescents (le passage de la vie où l'être humain est le plus chaotique) avec des pouvoirs quasiment illimités. Il faut donc encore une fois ne pas oublier que ce film se rapproche d'un documentaire.
chronicle-poster-2cc

Réalisation puissante - De la vraie vie à celle des surhommes ! -

La réalisation des scènes est à la fois simple et complexe. Simple parce que très souvent, nous avons un unique point de vue plus ou moins dirigé de manière désinvolte et naturelle (caméra au poing, grosso-modo). Mais complexe car si c'est vraiment filmé à la caméra par un des personnages, il y a forcément des coupures, la caméra ne tourne pas en continue et est parfois arrêtée brusquement. Il peut être difficile de ne pas perdre le spectateur en jouant à ce petit jeu. La continuité n'est pas toujours là, on peut très bien passer d'un jour à un autre sans s'en apercevoir, juste parce que la caméra a été coupée puis a été redémarrée.

On sera déstabilisé à certains moments, mais en même temps, c'est ce que le réalisateur veut ! Si ces coupures radicales peuvent être violentes et déstabilisantes, il n'empêche qu'encore une fois, elles sont raccords avec les enjeux du film : faire un film réaliste sur un sujet irréaliste... Un pari réussit !

Pour ce qui est des effets spéciaux, c'est tout simplement bluffant ! À vrai dire, les deux tiers du film ne demandent pas de gros moyens techniques. Faire léviter des objets, bouger des trucs, c'est vraiment classe, mais en soit, dans le monde du cinéma, c'est très facile. Faire une scène de vol crédible, c'est déjà plus difficile. Pourtant, ce film réussit ce défi avec brio. Enfin, faire une scène d'action, avec des voitures et des débris qui volent partout, toujours dans les airs, et avec un budget pas très très élevé, ça commence à être tendu... Et bien encore une fois, c'est gagné !  C'est simple : ce qui doit être fait dans ce film est fait, ce qui doit marcher marche, ce qui se veut exceptionnel l'est réellement !
chronicle-poster-fan-art-7cc

Conclusion - Le paroxysme des super-pouvoirs réalistes ! -

Frais et pourtant explosif, novateur et pourtant plein d'idées déjà vues, ce film a su mélanger les ingrédients essentiels pour faire une recette délicieusement épicée et jamais fade. De l'action, du drame, beaucoup d'émotion... Car oui, Chronicle sait jouer avec nos émotions, et touche là où ça fait mal !

Autre point positif : Chronicle sait jouer la carte de la surprise ! Pas de temps mort, certes, mais pas de scènes anticipées où trop prévisibles. On en prend plein les yeux sans pouvoir s'attendre à ce qui va arriver. Ce film a donc aussi réussi le pari risqué de divertir tout en étant intelligemment développé.

D'une durée totale de 1h24, il semble beaucoup plus long étant donné que les actions sont très fragmentées et qu'il se passe énormément de choses dans pleins d'environnements différents (principalement dans la ville de Seattle et aux alentours) en très peu de temps. C'est donc parfait !

Un film d'une rare intensité, bien plus intelligent et extraordinaire que les gros blockbusters super-héroïques ! Un film sombre et léger à la fois, contrasté du début à la fin ! Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire le 22 février : courir, ou plutôt vous envoler au ciné !
chronicle-poster-1cc
chronicle-photo-1cc
chronicle-postercc