CineComics.fr





jeux_video_2011
Envoyer

Critique de Resident Evil: Afterlife 3D



resident evil afterlife 3D critique

Après trois films qui n'ont pas vraiment convaincus les cinéphiles et les fans de Resident Evil, Paul W.S. Anderson porte une nouvelle fois le jeu vidéo Resident Evil au cinéma. Après avoir réalisé le premier film puis seulement produit les deuxième et troisième, Paul W.S. Anderson repasse derrière la caméra et surfe sur la vague de la 3D.

Nommé Afterlife 3D, ce nouveau volet reprend l'histoire où elle s'était arrêtée à la fin de Resident Evil: Extinction. Alice et son armée de clones sont à la recherche de Wesker et de ses sbires d'Umbrella Corp réfugiés dans les sous-sols de Tokyo.

Le film affiche un certain potentiel avec un budget de 56 millions de dollars (le double par rapport au premier film), des caméras 3D à la pointe de la technologie, et un casting composé de Milla Jovovich (Cinquième élément), Ali Larter (Heroes) et Wentworth Miller (Prison Break).
Voici notre verdict:

Le film commence fort, Alice et ses clones prennent d'assaut le QG d'Umbrella. Armée de ses mitraillettes et de ses pouvoirs psychiques, Alice enchaine les scènes d'actions surréalistes largement inspirées de Matrix. Accentuées par de nombreux ralentis, ce début de film qu'on peut qualifier de nerveux est plutôt agréable à suivre (voir vidéo ci-dessous).

Extrait: Alice attaque le QG d'Umbrella



Malheureusement très vite on se rend compte que l'histoire a du mal à se developper, Alice est à la poursuite de Wesker, qui à la méchante habitude de ne jamais mourir et de s'échapper. Sans trop vous en dévoiller sur l'histoire, Alice va ensuite partir à la recherche d'Arcadia, lieu évoqué dans le précédent film où s'est rendu Claire et d'autres survivants. Alice retrouve Claire qui a désormais perdu la mémoire, et celles-ci se rendent à Los Angeles.

La majeure partie du film va se dérouler dans une prison encerclée de zombies mais où des survivants ont trouvé refuge. Parmis eux se trouve un certain Chris Redfield, frère de Claire mais surtout connu des fans comme étant le personnage principal du jeu Resident Evil 5. Incarné par Wentworth Miller, il sera un des personnages les plus intéressants de ce film.

resident-evil-afterlive-3d-3

Arrivé à la moitié du film, je me suis posé une question: quelles sont les motivations de ces personnages ? Car à part assister à une succession de scènes d'actions, l'histoire en est encore au même point qu'au début et Alice, Claire et Chris ne semblent pas avoir de plan. Alors que tout le monde meurt autour d'eux, ils ne semblent pas très affectés par leur sort et tuent du zombie un point c'est tout.

resident-evil-afterlive-3d-2

Le réalisateur (et également scénariste) met fin aux errances du scénario avec une scène finale digne d'un jeu vidéo avec l'affrontement du boss de fin: Wesker. Totalement décompléxé, Resident Evil: Afterlife 3D est un pur film d'action dopé aux effets spéciaux et à la musique métal. Certes les zombies sont relégués au second plan mais quelques nouveautés tels les bourreaux armés de leur hache apportent un grosse dose de fun (voir vidéo ci-dessous).

Extrait: combat entre le bourreau et Claire



Quant à la 3D, celle-ci possède quelques faiblesses avec des effets de scintillements désagréables, mais globalement j'ai été emballé par les effets de relief qui apportent un plus, particulièrement la scène où une cervelle de zombie eclabousse l'écran.

On attend maintenant le 5ème film, déjà annoncé par Paul W.S Anderson, car on reste un peu sur notre faim avec une intrigue générale qui n'a pas beaucoup avancée depuis le précédent film.

Ma note: 5,5/10

PS: ne manquez pas la scène d'après générique qui réserve une surprise avec la réapparition d'un personnage.





blog comments powered by Disqus

Les blogs

greenhornetlogo1

wolverinelogoxmenfirstclasslogo
bouton_blog_toutes_adaptations

Dernières news

Abonnements

Newsletter

bouton email
Pour recevoir par Email les dernières News:

Les commentaires

dossier_captain_america