CineComics.fr

Envoyer Imprimer PDF

Critique de Expendables: Unité Speciale, Stallone fait son Best of

expendables-critique

Expendables est attendu comme une sorte de messie par les fans de film d'action et autres adorateurs des acteurs qui ont fait les beau jours des séries B des années 80 tels Stallone, Lundgren et Rourke auxquels on ajoute les stars plus actuelles comme Jet Li et Jason Statham. Au final on obtient le casting le plus musclé de l'histoire du cinéma.

Synopsis

"Ils n’ont jamais connu d’autre mode de vie que la guerre. Ils n’ont de loyauté qu’envers les membres de leur propre équipe. Ce sont les Expendables : Barney Ross (Sylvester Stallone), le chef et cerveau de l’équipe ; Lee Christmas (Jason Statham), un ancien SAS expert en armes blanches ; Yin Yang (Jet Li), expert en corps à corps ; Hale Caesar (Terry Crews), spécialiste en armes lourdes ; Toll Road (Randy Couture), expert en destruction, et Gunnar Jensen (Dolph Lundgren), tireur d’élite. Vivant en marge de la loi, ces mercenaires aguerris acceptent ce qui semble être une mission de routine : une opération secrète financée par la CIA pour infiltrer un pays sud-américain, le Vilena, et renverser son impitoyable dictateur, le général Garza (David Zayas). Mais ils vont vite découvrir qu’il s’agit d’une mission suicide…"

expendables-1

Tout d'abord mettons les choses au clair, Expendables: Unité Spéciale n'est pas un film qui fait dans la finesse, mieux vaut eteindre son cerveau avant de rentrer dans la salle pour revenir à l'état primitif et gueuler comme une bête à chaque action qui dépote à l'écran. Pour ma part la sauce à bien pris et je me suis totallement laissé emporter par le film, surement aidé par l'ambiance exceptionnelle qui reignait dans la salle du Grand Rex remplie de fans venue voir en chair et en os quelques acteurs du film.

Stallone à la caméra sait parfaitement ce qu'attent son public et il lui en donne pour son argent, le film fait du fan service et enchaine les scènes d'actions où chaque membre du commando à son moment de bravoure. Comment ne pas apprécier un combat entre Stallone et Steve Austin (star du catch) ou alors entre Jet Li et Dolph Lundgren ?
Mais Expendables c'est aussi et surtout du gun fight, et là aussi le film est dans la surenchère et assume totallement son côté bourrin, je ne saurai dire combien de personne sont tuées dans le film mais le chiffre doit être impessionnant.

expendables-2

Malheureusement le film a aussi beaucoup de défauts qui viennent plomber un peu le film, à commencer par les scènes de transition où les acteurs doivent jouer un texte, le rythme est beaucoup trop lent et les dialogues s'éternisent. Viennent ensuite les personnages, certe ce sont des mercenaires qui se doivent d'avoir peu d'émotions pour devenir des machines de guerres, mais leur motivations sont tout de même très peu appronfondies, on sait seulement que Stallone à croisé une fille 5 min et donc il veut la sauver ... Pas mieux pour le personnage de Lundgren qui change de camp comme de chemise.
Enfin, dernière deception: la réalisation. Là où Stallone avait impressionné le monde du cinéma avec un Rambo cru et efficace, pour Expendables il rend une copie brouillonne où les scènes d'actions sont peu lisibles. On appréciera tout de même quelques séquences telle le bombardement d'un quai en avion avec Statham posé sur le nez de l'avion qui est impressionnante.

expendables-3

Au final, Expendables: Unité Speciale rempli parfaitement son status de film de série B dopé à la testostérone. Toute la bande de biker mercenaire fait ce qu'elle sait faire: tout détruire sur son passage et tampis pour ceux qui attendent un peu de logique et de réflexion.
Un film a conseiller aux amateurs du genre qui seront comblés par les nombreux clins d'oeil et le caméo d'anthologie de Bruce Willis et Schwarzenegger. Un bel hommage rendu par Stallone à un genre de cinéma qui a fait de lui une star et qui marque peut être ses adieux devant la caméra.

Ma note: 6/10


 

relatedArticles

blog comments powered by Disqus