[Critique] Justice League -Au commencement-, le redémarrage en force de DC !

  • Imprimer
Accéder au profil de l'auteur : ComicShadow

283 Justice_League_Aux_origines_critique
Après la refonte totale de l'univers DC suite à l’événement Flashforward, les super-héros reprennent peu à peu leurs aventures, dans un univers plus moderne et rafraîchit (en gros, Marvel a gardé son univers classique et a créé l'univers Ultimate à côté... Et DC est passé du classique au nouveau sans garder l'ancien). Bref, donner une nouvelle jeunesse à un super-héros est une chose. Mais à une équipe, c'est légèrement plus compliqué ! Revisiter les origines de la principale équipe DC, à savoir la Justice League, est-ce une idée qui peut marcher ?

Faites vous une idée, avec le volume Justice League – Aux origines, paru il y a quelques semaines en librairie, et qui propose une nouvelle version de la première rencontre des membres de la Justice League dans cet univers remodelé !

The-New-52-Justice-League-1

Le retour des héros – De l'individu à l'équipe

Le principe du premier volume de Justice League est qu'il permet de rentrer directement dans le vif du sujet sans s'attarder sur la nouvelle version des héros. Ainsi, si vous voulez en savoir plus sur Batman, ou Green Lantern, qui n'ont pas vraiment changé (sauf sur quelques points niveau personnalité), des volumes leurs sont déjà dédiés en librairie. Pour Superman ou Wonder Woman, même chose, mais ceux-ci sont déjà plus différents de la version précédente. Un Superman plus sombre et moins naïf, une Wonder Woman plus ingénue et plus farouche... Évidemment, ça vaut le détour !

Geoff Johns a donc eus la lourde tâche de recréer l'équipe tant appréciée. Pour cela, quoi de plus facile qu'une bonne vieille invasion alien (qui a dit « Comme dans le film Avengers ! »?). Cependant, le scénario est tout de même légèrement plus travaillé que ça. Avant d'en venir à ce problème commun, les héros se découvrent, se regardent en chiens de faïence, et apprennent à se connaître en enquêtant sur une menace globale. Vous pensez que la première rencontre Batman/Green Lantern doit être tendue ? Alors imaginez-les rencontrant pour la première fois un alien en colère et aux capacités de destruction illimitées... Oui, je parle bien de Superman !

Après avoir resitué des héros déjà existants, après les avoir ancrés dans une histoire commune, les faire se rencontrer est un jeu d'enfants. Mais si il faut en plus créer un nouveau super-héros très connu tout en l'insérant de manière logique à l'histoire, les choses se compliquent... Mais sont pourtant exécutées avec talent.

Des héros qui sont en désaccord et se tapent dessus mais s'allient pour le bien commun, d'autres qui viennent d’acquérir des pouvoirs et qui doivent apprendre à les utiliser alors que le monde est en situation de crise... Une population qui doit essayer de comprendre ce que sont ces étranges individus qui clament vouloir protéger le monde, mais qui sont aussi menaçants et puissants que les méchants qui tentent d'envahir la Terre... Une recette classique mais qui fait mouche à tous les coups, du moments que l'action est menée au bon rythme, avec des scènes d'action prodigieuses entre-coupées de dialogues intéressants entre les différents protagonistes, qui découvrent en même temps que nous un univers bien plus vaste et étrange que ce qu'ils pensaient.

Justice League_2

Une nouvelle esthétique – Jeunesse et modernité !
 
Si comme expliqué dans l'article sur Batman – La Cour des Hiboux, Capullo avait eus la charge de faire peau neuve à Batman, Jim Lee se voit de son côté remettre les clés de la nouvelle version de toute la Justice League d'un coup ! Une occasion qu'il a bien fait d'accepter, puisque tous ses personnages gardent un équilibre esthétique primordial : être totalement raccord avec les anciennes versions des personnages tout en étant plus actuels et avec des petits changements qui font la différence.

L'une des modifications les plus marquantes que DC a voulu apporter a été la disparition du slip rouge de Superman ! Ce sera aussi le cas dans le film Superman Man of Steel, ce qui permet de mettre facilement le parallèle entre film et comics. Tous les changements de costumes sont de toute façon expliqués et détaillés à la fin du Justice League, donc je vous laisse faire les découvertes par vous-même !

Fins et détaillés, les personnages laissent facilement transparaître une émotion, preuve que les traits des visages sont bien travaillés. Les effets visuels sont à la hauteur de l'attente du lecteur, car une telle aventure se doit d'être époustouflante. Ainsi, les créations énergétiques de Hal Jordan/Green Lantern sont d'une excellente qualité et d'une précision rare. Les mouvements de vitesse de Flash et de Superman sont parfois bien suggérés et stylisés, même si un petit relâchement se fait sentir à ce niveau sur la dernière partie de l’œuvre. Orchestrer tout cet univers n'est pas chose facile, et Lee aura tendance à parfois se contenter de faciliter les choses en bâclant quelques scènes qui auraient mérité plus de travail.

dc-new-52-justice-league-21

L'équipe est de retour – Pour le pire, puis pour le meilleur !
 
Construire une équipe n'est jamais chose facile, et les unir contre un ennemi commun est ce qui se fait de manière générale, sauf si l'équipe existe déjà avant de devenir super-héroïque (les 4 Fantastiques) ou se construit de manière naturelle (les X-Men). Mais il n'empêche que créer plein de petits éléments autour d'une bonne grosse aventure comme dans l'ancien temps fait toujours le même effet : voir des personnages provenant de milieux et de récits différents interagir enfin ensemble est l'une des choses les plus appréciables dans l'univers des comics. Cette revisite du mythe de la Ligue des Justiciers ne fait pas exception, et ouvre de nouvelles portes qui ne sont pas prêtes de se fermer. Une grande aventure dans l'univers DC Comics commence avec cet album, ne le loupez sous aucun prétexte !

dc-relaunch-justice-league-3