Blog The Avengers  Blog The Dark Knight Rises  Blog Amazing Spider-Man  Superman Man of Steel  Blog Captain America  Blog Thor  Blog Green Lantern  Blog Iron Man  Blog Wolverine  kickasslogo

[Critique] The Dark Knight Rises : l'ultime volet tient-il ses promesses ?

Accéder au profil de l'auteur : ComicShadow

critique tdkr_01

Attendu depuis des années, voire même depuis la sortie de The Dark Knight en 2008, The Dark Knight Rises clôt la trilogie Batman de Christopher Nolan. Enfin dans les salles françaises depuis ce mercredi 25 juillet, le Chevalier Noir est-il encore à la hauteur ? Le public n'en attendait-il pas trop ? Arrive-t-il au niveau de The Dark Knight, qui avait placé la barre très haut, notamment avec la prestation de Heath Ledger ? Essayons de répondre à cela via une critique objective... Et sans spoils !


Le sommet de l'iceberg -"Tout le monde a un plan."-

Le scénario de The Dark Knight Rises, contrairement à The Dark Knight, est une suite directe des deux précédents films. Attention, pas de malentendu : The Dark Knight est bien la suite de Begins. Mais les liens entre les deux films sont très minces, et les évènements du premier ne sont pas liés à ceux du deuxième.

Ici donc, dans The Dark Knight Rises, des éléments des deux autres films trouvent leur place, leur conclusion, leurs conséquences. Ce qui a été initié dans Begins, que ce soit du côté des héros comme des ennemis, arrive à son terme dans le troisième film. Ce qui a été développé et démontré dans The Dark Knight continu à l'être. Bref, la trilogie se ressoude plus que jamais grâce à un scénario raccordant facilement les trois volets de la saga. Nolan avait un plan... Et il l'a mené à terme.

Pour ce qui est de l'histoire en elle-même, difficile de vous en dire long sans rentrer dans le vif du sujet. Alors soyons à la fois vague et honnête. Au premier abord, de ce que l'on peut comprendre via les bandes annonces et avec une vision globale du film, c'est que Bane n'est qu'un terroriste qui menace Gotham et sème le chaos. C'est aussi et surtout la vision qu'aura la population de Gotham. En survolant donc l'action du film, nous nous mettons à la place du citoyen lambda de Gotham qui ne voit en Bane qu'un dangereux criminel débarquant pour mettre la pagaille. Evidemment, l'affaire est beaucoup plus complexe que ça. Bane a un plan, qu'il suit à la lettre, et cela depuis un bon moment. Pour en savoir plus, rendez-vous dans les salles obscures...

Côté Bruce Wayne, la chose est plus triste à développer. Notre héros n'est que l'ombre de lui-même, cloîtré dans son manoir, et il subit les conséquences de ses anciennes aventures nocturnes. Souffrant de handicaps (la canne, vue dans la bande annonce, n'est pas là pour faire jolie) et n'arrivant pas à se remettre de la mort de Rachel, il vit en ermite. L'arrivée de Bane ne va qu'accélérer sa chute, et le Batman ne sera peut-être pas à la hauteur face au terroriste masqué... La fin du Chevalier Noir ?

Manipulations, nouveaux alliés, nouveaux conflits,... Avec en parallèle un plan faisant chuter Gotham et Bruce Wayne dans l'abysse... Sur le papier, ça fait envie. Sur la pellicule, cela n'est pas toujours évident. En effet, étant donné le nombre d'informations et de personnages à développer, le film a un rythme assez bancal. De longs moments trop calmes sont entrecoupés par des scènes d'action brèves mais violentes. Mais une fois plongé dans le film, vous ne verrez tout de même pas le temps passer, car l'univers de Batman est bel et bien là !

tdkrhd19

Nolan, maître du réalisme !

Les bonus des différents films de Christopher Nolan, que ce soit The Dark Knight ou Inception, nous ont permis de nous rendre compte à quel point Nolan est à cheval sur le réalisme, et préfère largement construire un décor difficile à manipuler mais concret plutôt que de placer sans arrêt des fonds verts derrière les acteurs.

Encore une fois, nous nous en rendons compte dans The Dark Knight Rises. Les décors sont bluffants car totalement concrets et détaillés. Les décors plus techniques, comme la scène dans l'avion avec Bane (vue dans la bande annonce et extraits), sont proches de ceux utilisés dans les autres films (avion à la vertical = couloir à la vertical dans Inception) mais fonctionnent tout aussi bien dans ce nouvel environnement cinématographique.

À côté de cela, gadgets, véhicules et costumes trouvent leur place et leurs justifications. Dans une ville et un décor scénaristique réaliste, il peut être difficile d'insérer des éléments comme la Bat, engin volant de Batman. Mais Nolan n'en est pas à son coup d'essai. Rien ne choque, rien n'est exagéré au point d'en être ridicule, et l'univers de Batman est à nouveau grand ouvert juste devant nos yeux !

tdkrhd14

L'ambiance de Gotham : entre justice et guerre !

Après nous avoir présenté le Gotham des bas fonds dans Begins puis le Gotham criminel dans The Dark Knight, nous avons cette fois-ci droit au Gotham anarchique. Nolan peut-il vraiment maitriser cela ?

Oui ! Il faut savoir que la ville en elle-même est un personnage majeur du film. Sa survie dépend de ses citoyens, qui peuvent la nourrir de paix comme de destruction. L'arrivée de Bane donne à la ville un nouveau qualificatif : assiégée. Au-delà du Batman, c'est la population qui doit sauver sa ville.

Un Gotham comme rarement vu dans les comics : totalement pris à partie ! Si Batman se sert généralement de la ville pour rendre la justice, il est rare que la ville lui fasse défaut. Mais cette nouvelle ambiance, cette nouvelle vision de la ville, permet à Nolan de se recycler et de ne pas tomber dans la facilité.

La lutte entre Bane et Batman se ressent à travers tout le film, à travers tous les décors et toutes les actions. Une lutte entre le mal absolu et le bien affaibli. Une lutte qui crée une tension, une ambiance suffocante... Une véritable guerre, physique et psychologique, pendant 2h45 ! Cette guerre est menée par une flopée d'acteurs au top de leur jeu, en particulier Tom Hardy qui campe un Bane terrifiant et Anne Hathaway qui livre une Sélina Kyle/Catwoman séductrice et joueuse plus que convaincante !

tdkrb5

La fin d'un mythe... Le héros se relèvera-t-il toujours ?

Si le scénario est au final riche et complexe, certaines informations ou actions se dérouleront trop vite pour être bien comprises, et un deuxième visionnage du film est largement recommandé. De même, Nolan ne livre pas sa meilleure oeuvre dans le sens où plusieurs points du film sont traités à la légère, sans être réellement justifiées ou crédibles. Cependant, si ces points peuvent sembler absurdes dans un premier temps, ils rapprochent l'oeuvre cinématographique des comics, où des éléments sont parfois insérés juste dans une ou deux cases, à la va-vite, pour faire avancer l'histoire.

Clore une telle trilogie sans faire de faux pas est impossible. Mais réussir à tout de même livrer un tel film, avec une réelle ambiance et une cohérence vis-à-vis des autres épisodes, et le tout encore une fois sublimé par la superbe B.O. de Hans Zimmer... Aucun doute, Nolan maîtrise son héros et l'univers qui va avec.

La conclusion épique de la trilogie est à la hauteur de l'attente des fans : complète, complexe et digne des deux autres chapitres. Le Batman revient plus noir et plus courageux que jamais, face à des adversaires déterminés et indestructibles. La fin de ses aventures chez Nolan ? C'est certain. La fin du Batman au cinéma ? Jamais, puisque l'on parle déjà du prochain reboot. Lorsque le Batman se relève, c'est pour toujours !

Difficile de développer plus, surtout que le film possède de nombreux secrets et détails extrêmement intéressants. C'est pour cela que dès demain, retrouvez un article détaillé et complet sur tout ce qu'il faut savoir à propos de The Dark Knight Rises, après avoir vu le film, sur CinéComics.fr !

tdkrs9




A lire aussi :