Blog The Avengers  Blog The Dark Knight Rises  Blog Amazing Spider-Man  Superman Man of Steel  Blog Captain America  Blog Thor  Blog Green Lantern  Blog Iron Man  Blog Wolverine  kickasslogo

Retour sur le premier épisode de Arrow : la série tiendra-t-elle la distance ?

Accéder au profil de l'auteur : ComicShadow

1er pisode_arrow

Le premier épisode de la série "Arrow", centré sur Oliver Queen alias Green Arrow, a été diffusé ce mercredi 10 octobre sur la chaîne de télévision américaine CW. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le succès a été au rendez-vous puisque 4,02 millions de spectateurs ont été présents devant leur écran pour le pilote de la série ! En trois ans, la chaîne n'avais jamais connu une telle audience, et d'autant plus pour un démarrage. En quoi cette série a-t-elle pu séduir les téléspectateurs ? Décryptage rapide et (quasiment) sans spoils du premier épisode de Arrow...


Un personnage fort de caractère... Et de physique !

Loin du Green Arrow plat et fade de Smallville, le nouveau Oliver Queen a tout du guerrier solitaire et revanchard. Une bonne partie de l'épisode revient sur ce qui a fait changer Oliver, sur ce qui a fait qu'il est passé du statut de jeune riche insouciant à celui d'aventurier bagarreur et imbattable. En effet, le premier épisode se passe juste après que Oliver soit retrouvé sur l'île de Starfish Island, île sur laquelle son bateau a fait naufrage il y a 5 ans. La série donne donc au personnage les mêmes origines que dans les comics. Cela permet de définir directement comment va agir le personnage, pourquoi il agit comme ça, pourquoi il a une volonté à toutes épreuves...

Au final, on découvre un personnage très différent du Green Arrow de Smallville, mais avec tout de même autant d'incertitudes et de démons. Pourtant, Oliver semble savoir beaucoup de choses vis-à-vis des événements qui ont amené à son naufrage. Les scénaristes ont décidé de ne pas dévoiler tous les secrets du personnage dès le premier épisode, ce qui est une très bonne chose.

stephen-amell-arrow

Une réalisation soignée, le must pour une série !

Pas de plans classiques à la Smallville du type "Lex parle à Clark qui est dans son dos, genre c'est mélo-dramatique". Scènes d'actions rythmées, flash-back justifiés, dialogues pas artificiels ni redondants... Bref, toutes les scènes sont utiles pour apprendre à connaître le héros et son histoire, et tout s'imbrique parfaitement, même si encore beaucoup de questions restent en suspens.

Pas de fausse note donc de ce côté là. Un côté sombre et torturé embrasse un côté bon enfant, collant ainsi à la double personnalité de l'Archer Vert/Oliver Queen. Un Batman du pauvre, diront certains. Il est vrai que ce personnage ressemble fortement à Batman, mais il possède un côté plus sauvage et plus nerveux que l'Homme Chauve-Souris. Et quand on voit le premier épisode, on en mesure pleinement le niveau...

20252306.jpg-r 640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Les clins d'oeil DC et d'actualités commencent déjà !

Côté actualités, les évocations de Lost (dont Oliver n'a pas pu voir la fin) et de Twilight (que Oliver ne connaît même pas) donneront le sourire au spectateur lambda. Ainsi, facile de situer l'époque de la série (qui se déroule donc en 2012. Oliver est porté disparu depuis 2007, soit 5 ans). Pour les geeks et fans de la première heure, il en faut un peu plus que ça !

Ainsi, dès la première minute, une allusion à DeathStroke, l'un des ennemis de Green Arrow dans les comics, est déjà vue. Son masque, par exemple ? Green Arrow va-t-il l'affronter bientôt ? Ou l'a-t-il déjà affronté... ?

Le nom de Speedy arrivera aussi assez tôt dans l'épisode, mais sera attribué à une demoiselle... Etrange, puisque Speedy est l'assistant de Green Arrow dans les comics !

Enfin, une certaine Laurel est mêlée à l'histoire de Oliver. Après tout, c'est son ex. Tiens, vous voulez le nom complet de cette jeune femme ? Dinah "Laurel" Lance. Alias Black Canary dans les comics, autrement dit la femme de Green Arrow, ayant comme super-pouvoir un cri sonique ! Le personnage sera-t-il développé à ce point ? Nous verrons bien...

deathstroke-fold

Un démarrage qui fait mouche !

Pas vraiment de défauts à ce premier épisode, si ce n'est l'arrivé d'un nombre impressionnant de personnages en un seul épisodes, tous pour l'instant plus plats et basiques les uns que les autres, ainsi qu'une histoire qui, si elle sait intriguer, laisse pour l'instant beaucoup trop de vides à remplir.

Des scènes humoristiques, des scènes d'actions et de bagarres puissantes, des scènes d'entraînement classes à outrance, des scènes d'introspection et de sentiments, des scènes de réflexion, des scènes mystérieuses... Tous les types de moments possibles sont présents, et c'est tout bénèf' pour une série qui commence tout juste. Espérons que l'histoire saura rester intéressante sans tourner en rond, et que le rythme ne sera pas lassant. Mieux vaut peu de saisons mais sans essoufflements que trop de saisons et une absence d'originalité sur la fin (qui a dit "Il parle encore de Smallville !" ?).

arrow

A lire aussi :