Blog The Avengers  Blog The Dark Knight Rises  Blog Amazing Spider-Man  Superman Man of Steel  Blog Captain America  Blog Thor  Blog Green Lantern  Blog Iron Man  Blog Wolverine  kickasslogo

[Test] Batman Arkham City : l'incroyable combat d'un homme... Contre une ville !

Accéder au profil de l'auteur : ComicShadow



Il y a à peine une semaine, dans tous les magasins de jeux vidéo et de multimédia, sortait le jeu vidéo "comics" de l'année : Batman Arkham City ! Attendu depuis des mois (pour ne pas dire depuis Arkham Asylum), le retour du Chevalier Noir sur PS3 et Xbox 360 (et bientôt sur PC) est évidemment à la hauteur des attentes des joueurs.

Quelles sont les nouveautés et l'intérêt de passer à la suite des aventures du plus grand détective du monde ? Allez, je vais tout vous révéler... Sans vous spoiler !






Graphismes - Le contraste du Chevalier Noir, Chevalier de la Lumière ! -

Une évolution plus qu'intéressante s'est opérée entre Arkham Asylum et Arkham City. Si le moteur graphique n'a pas changé, l'évolution provient surtout du changement d'environnement. En effet, passer d'un vieil asile sur une île isolée à toute une ville, ça change tout ! Lumières électriques, panneaux d'affichage, etc... Beaucoup plus de détails qui font ressortir les couleurs et créent des contrastes magnifiques. En effet, l'action se déroulant évidemment de nuit, l'obscurité est omniprésente, mais la clarté de la Lune et des lumières artificielles développent de fabuleux jeux d'ombres, et donnent une vision très concrète et réaliste de ce qu'est une ville de nuit.

Pour ce qui est des animations, rien de bien extraordinaire, on reste dans l'acceptable et le sympathique sans pour autant toucher des sommets. Les cinématiques sont bonnes, et les aspects des personnages sont très soignés. Quelques problèmes mineurs persistent cependant, comme la rigidité des mouvements et de certaines expressions des personnages lors des cinématiques, ou encore les bugs de colisions que l'on connait trop bien lors des phases de jeu : Batman qui marche sur des gravas et hop, les jambes disparaissent... Idem pour les 3 griffes à son bras, qui passent régulièrement à travers la cape. Mais bon, on va pas faire la fine bouche, là c'est des défauts communs à TOUS les jeux. Et puis encore une fois, les couleurs changent la donne. Beaucoup plus contrastées et nettes que dans Arkham Asylum, beaucoup plus précises et bien moins fades en comparaison (comme quand on passe de Assassin's Creed II à Assassin's Creed Brotherhood... Au début, le changement radical de luminosité pique les yeux, mais fait du bien !).






Gameplay - Le prédateur nocturne et la féline sauvage, duo de choc que rien n'arrête ! -


Pour ce qui est du combat au corps-à-corps, Batman a légèrement progressé. Mouvements plus vifs et peut-être encore plus rapides qu'avant (si c'est possible), mais en tout cas beaucoup plus réactifs. Les actions et les styles de coups s'enchaînent avec fluidité et facilité, et on reprend vite le coup de main que l'on avait choppé avec Arkham Asylum. Encore une fois, évidemment, vous devrez jongler entre différents styles d'ennemis qui demanderont des approches spécifiques, comme les ennemis avec des boucliers, ceux avec des couteaux, etc... Rien de bien insurmontable, même si le nombre d'ennemis est parfois conséquent et qu'il est très facile d'être vite submergé par la masse qui s'abat sur vous ! Mais les finish et les combos spéciaux sont tellement grandioses que ça vaut le coup !

Niveau gadgets, le Chevalier Noir ressort la gamme habituelle (batarang, batgriffe, tyrolienne, gel explosif, etc...) et accède à quelques nouveautés... Dont je ne dirai absolument rien, car ces accessoires sont en rapport avec l'histoire, et méritent d'être tenus secrets pour que vous ayez la joie de les découvrir par vous-même ! En tout cas, tous ces accessoires s'intègrent parfaitement aux combos pendant les combats, et leur utilisation est très simple et instinctive !

Du côté des déplacements, traverser la ville est un jeu d'enfant. Avec la batgriffe, vous aurez parcouru la ville d'un bout à l'autre en quelques secondes (1 minute à tout casser !). Donc pas de souci de ce côté là, le jeu a été pensé pour que la map soit agréable à explorer. Catwoman, notre amie féline que nous avons l'occasion de manipuler le temps de quelques missions, est légèrement moins rapide et facile à gérer pour les déplacements. En effet, elle se sert uniquement de son fouet et de ses griffes, elle n'a pas de grappin ni d'ailes géantes, elle ! Pour qu'elle soit tout de même attractive, parlons du style de combat... Absolument fantastique ! Beaucoup plus rapide et vive que Batman, elle enchaîne les attaques avec grâce et furie ! Une pure merveille, d'autant que sa plastique flattera au passage l'oeil du geek amateur de gentes dames ! Une chose est sûre, c'est que si elle est plus chétive que Batman, elle n'en est pas moins tout aussi dangereuse et violente ! Un gameplay toujours aussi bon donc, et d'autant plus intéressant qu'il est ici développé sur un autre personnage !







Scénario
- Manipulations, trahisons, enquêtes et découvertes... Le plus grand détective du monde au bord du gouffre ! -


On a beau dire, si on regarde de près, le scénario de Arkham Asylum ne touchait pas les nuages... Il était même assez bas de plafond ! Le Joker emprisonne Batman dans l'asile, Batman cherche le Joker, tombe sur des ennemis et sur d'étranges secrets, et patatra c'est fini ! Bon, avec Arkham City, c'est pas non plus l'Award du meilleur scénario, mais c'est tout de même plus développé ! Le Dr Hugo Strange isole une partie de la ville dans laquelle il place tous les détenus de Black Gates et d'Arkham... Ainsi que Batman ! Je ne vous révèlerai pas comment ce dernier arrive au beau milieu du joyeux bazar, mais c'est assez bien ficelé ! Bref, ça c'est la base. L'histoire suit par la suite plusieurs fils rouges qui prendront des directions inattendues, et ne nous ameneront généralement pas là où nous le pensions ! Entre Hugo Strange qui suit un plan bien précis appelé "Protocole 10", le Joker qui joue un sale tour à Batman et lui fait la misère, Freeze qui a besoin de Batman et vice-versa, le Pingouin qui cherche des noises au Chevalier Noir... Bref, les histoires s'entremêlent, et celle de Catwoman est même étroitement liée à celle de Batman. Au final, encore des surprises, des révélations, et des virages scénaristiques à 90° ! Dommage, je ne peux rien vous dire !!

Pour ce qui est des invités, nous avons de la qualité ! Je ne vous citerai que ceux dont nous avions eu vent : Double-Face, l'Homme-Mystère, le Joker, Hugo Strange, le Pingouin, Solomon Grundy, Mister Freeze,... Le retour de Zsaz, de Bane, de Poison Ivy... Là, déjà, ça commence à faire. Mais c'est sans compter les super-vilains des missions secondaires, qui occupent mine de rien des places importantes dans le déroulement du jeu ! Pour les amateurs de l'univers et des personnages du Dark Knight, c'est un pur régal ! Des clins d'oeil à tous les coins de rue, de fréquentes surprises qui nous ramènent aux personnages des comics... Un pur chef-d'oeuvre, architecturé de manière à ce que chaque super-vilain ait une place précise et soit lié à d'autres personnages.






Conclusion - L'atmosphère d'Arkham City : une réussite complète et totale ! -

Comme vous pouvez le voir, évidemment, ce jeu est très bon, très bien pensé. Peut-être un peu répétitif par moments, avec des boss malheureusement pas plus difficiles à vaincre que dans Arkham Asylum (mais généralement bien plus intéressants et surprenants !). Avis aux amateurs du mode "je me mets sur des gargouilles et j'élimine les ennemis discrètement" : ces phases sont beaucoup moins présentes, beaucoup plus difficiles... Mais tout aussi exceptionnelles !

Rocksteady aura une fois de plus frappé fort et marqué l'année 2011 avec un jeu de qualité, respectant encore une fois à 100% l'univers du plus humain des super-héros. Une virée nocturne angoissante et prenante dans les rues de Gotham, qui vous prendra environ 15-20h pour boucler l'histoire principale tout en faisant les secondaires et en vadrouillant à droite à gauche. Mais même une fois fini, ce n'est pas fini ! Il faut finir de trouver les trophées de l'Homme-Mystère, résoudre ses énigmes, finir quelques histoires annexes... Un jeu plus que complet, auquel il faut encore rajouter le Mode Défis que nous connaissons depuis Batman Arkham Asylum. Plus mature et plus évolué que son cadet, Batman Arkham City est évidemment un jeu à côté duquel on ne passe, mais plutôt un de ceux pour lesquels on s'arrête et avec lesquels on passe des heures entières à s'émerveiller devant l'inventivité et la richesse de cet univers détaillé et spécifique, dont chaque tournant est décisif et important pour la suite du jeu.





A lire aussi :