Blog The Avengers  Blog The Dark Knight Rises  Blog Amazing Spider-Man  Superman Man of Steel  Blog Captain America  Blog Thor  Blog Green Lantern  Blog Iron Man  Blog Wolverine  kickasslogo

[Test jeu vidéo] The Amazing Spider-Man voltige enfin entre nos mains !

Accéder au profil de l'auteur : ComicShadow

the amazing_spider-man_jeu_critique
Alors que le film The Amazing Spider-Man sort après-demain dans nos cinémas, le jeu vidéo du même nom est pour sa part arrivé en magasin le 29 juin. Pourtant, il se situe bel et bien juste après le film, et nous le comprenons dès les premières minutes de jeu ! Alors attention : si vous ne voulez pas connaître la fin du film avant de l'avoir vu, ne jouez pas tout de suite ! Mais si vous avez une irrépressible envie de sauter d'un immeuble au bout d'un fil... Effectivement, prenez-vous ce jeu, c'est bien plus fun, et beaucoup moins dangereux ! Allez, pour vous, un article-test sur le jeu The Amazing Spider-Man, placé sous le signe de la blague "made by Spidey".

Au secorp, sauvez-nous ! -L'histoire s'emmêle dans sa propre toile ?-

Parlons tout de même un peu du scénario (sans spoiler le film !). La quête principale du jeu sera, aux commandes de l'Homme-Araignée, d'éradiquer une épidémie ayant la fâcheuse tendance de transformer les gens en mutants mi-humains mi-animaux. Un petit arrière-goût de Spider-Man : Le règne des Ombres, avec l'épidémie et les gens qui se transforment en zombies symbiotiques, peut-être ? Oui mais non, là ce n'est pas sur une aussi grande échelle.

Vous aurez donc pour mission de concocter un antidote avec l'aide de différents alliés, tout en arrêtant les différents monstres qui se sont échappés d'un certain laboratoire dont nous ne citerons pas le nom (*tousse-tousse* -oscorp- *se râcle la gorge*). Il faudra aussi réunir des preuves comme quoi Oscorp fait du travail pas très orthodoxe, parce que mine de rien, la population voit Oscorp comme le seul moyen de rétablir la paix dans New York ! Oscorp, sauveur de l'humanité... Et puis quoi encore ?

À côté de cela, il y a tout un lot de missions secondaires, comme dans tous les open-world, en rapport avec les missions principales. Cependant ces petites missions ne prendront pas beaucoup de temps et certaines sont vraiment sympas, puisqu'elles reprennent les phases d'infiltration à la Batman Arkham Asylum, c'est-à-dire les passages où on reste au plafond et on zigouille un à un tous les malfrats de la pièce.

Seulement voilà, le scénario s'essouffle sans surprise assez vite. Trouver une solution au bazar causé en partie par Spider-Man, essayer d'empêcher Oscorp d'empirer la situation... Le jeu ne brille pas par son inventivité de ce côté-là. Mais alors, pourquoi se prendre un jeu dont la toile de fond (capacité niveau blague subtile : +1) se détache si vite ? Allez, sans vous mentir... Pour le gameplay !

amazing-spiderman-game

Les produits de l'araignée - Des sensations fortes -


Si le fil conducteur n'est pas très solide, celui au bout duquel vous vous balancerez tout au long du jeu l'est totalement ! Les studios Beenox nous avaient promis plus de sensations que dans tous les précédents jeux Spider-Man... Pari réussi ! Lorsque vous avez la possibilité de vous balader dans la ville (qui est relativement petite... Mais ce n'est pas plus mal.), la puissance, la rapidité, la fluidité, que dis-je, l’extrêmement grisante vélocité et impulsion que vous avez en vous balançant au bout de votre toile est vraiment unique. Jamais un jeu sur l'Homme-Araignée n'a su mettre autant en valeur ces sensations, accentuées par les "web rush" qui nous font prendre une vitesse hallucinante. Et c'est d'ailleurs juste en effectuant cette action, en se baladant en ville et en arrêtant quelques crimes, avec les cris de joie que lance parfois Peter et la musique super-héroïque (mais un peu trop omniprésente), que vous aurez le plus de mal à éteindre votre console !

Maintenant, revenons sur une phrase placée quelques lignes au-dessus : «  Lorsque vous avez la possibilité de vous balader dans la ville ». Et voilà, le jeu montrer ses tristes limites... Car souvent, même quasiment tout le temps, les missions principales se passent à l'intérieur de bâtiments (chez Oscorp Industries par exemple) ou même dans les égouts (oui, c'est pas un bâtiment, merci je sais!). L'Araignée perd alors beaucoup de son intérêt. Certes, grimper aux murs et aux plafonds, c'est fun, et ça permet de s'infiltrer et d'éliminer quelques ennemis par surprise avec pas mal de plaisir. Mais voilà, on a plus ce sentiment de liberté comme en extérieur. Heureusement, quand on se met à jouer une mission principale en extérieur, c'est spectaculaire !

amazing-spider-man-game-apr-3

D'abord, un mot sur les phases de combat. S'inspirant bien évidemment du système de combat qui a fait le succès de Batman Arkham Asylum (et qui n'a pas réussi à sauver le médiocre Captain America Super Soldier, qui avait pourtant bien copié le système), Spider-Man virevolte dans tous les sens pour attaquer, esquiver, lancer de la toile... Si les coups s’enchaînent avec aisance (mais ne vous feront pas toujours triompher, car les niveaux de difficulté sont ici bien exploités), ils ne seront pas des plus variés. Ce qui rend les combats intéressants, ce sont les combos finish, qui permettent à Spidey d'envoyer valdinguer ses ennemis dans tous les sens, en les arrosant au passage d'un jet de toile pour les coller au mur / au plafond / au sol.

Retour sur ce que je disais à propos des phases de mission en extérieur. Pour cela, parlons des boss. Deux types de boss : les mutants, comme l'Iguane, le Rhino, Vermine... Ou les robots géants d'Oscorp. Les mutants = boss d'intérieur. Les robots-géants-qui-feraient-huiler-dans-son-froc-Optimus-Prime = boss d'extérieur. Et si le robot géant de la vidéo (voir lien juste au-dessus) vous semble énorme... C'est juste un amuse-bouche, vous inquiétez pas ! Quand on affronte des robots qui font la taille des buildings, on repense avec nostalgie à ce gentil robot du début... Bref, ces phases sont donc spectaculaires et nous en mettent vraiment plein les yeux ! Des combats titanesques au bout d'une toile entre les grattes-ciel, c'est ça qui est bon !

Rhino-ASM


Graphismes aux toile-ettes ou design exper-tissés ?

Hmmm... Entre les deux ? Si encore une fois, les passages dans la ville sont du plus bel effet, avec des très belles couleurs et des jeux de lumières bien faits, les phases en intérieur ne sont pas exceptionnels. Beenox livre rarement un travail de qualité uniforme, et on s'en rend de compte une fois de plus. Tout a été misé sur le sentiments de puissance et de liberté lorsque l'on virevolte en ville, que ce soit niveau mouvements comme niveau visuel. Si les décors et autres ne sont pas moches au point de piquer les yeux (à la limite ça c'est plutôt du ressort du Scorpion), ils ne sont pas non plus très intéressants.

Et que dire des cinématiques ? Encore une fois, rien de spécial, elles ne font que ralentir un peu l'action du jeu... Et sa qualité. Il en faut bien pour faire avancer l'histoire, mais elles ne brillent pas par leur beauté. Loin du niveau des Uncharted et autres Batman, les cinématiques offrent ce qu'il y a de plus basique. Sans être pour autant défectueuses (elles ne souffrent effectivement d'aucun bug, je le reconnais), elles gardent le niveau raisonnable mais ne vont pas plus loin.

screenlg1

Ce Spider-game est-il de niveau "à-régner" sur les autres ?

Franchement... Oui ! Car jusqu'ici, les jeux Spider-Man n'ont jamais réussi à briller aussi bien au niveau scénario qu'au niveau jouabilité. Par exemple, si Spider-Man 3 ou Le Règne des Ombres offraient un vrai sentiment de liberté, ils n'allaient pas chercher midi à quatorze heure. À l'inverse, Spider-Man Dimensions, par exemple, avait développé de très bonnes idées pour le scénario et la diversité, mais n'était malheureusement au fond qu'un simple beat'them'all en ligne droite sans aucune liberté.

Ici, la sensation donne tout, et réhausse la qualité du jeu. Il n'a jamais été aussi agréable de juste se balader dans la ville d'un open-world, que l'on traverse à une vitesse hallucinante en s'éclatant comme pas possible. Seulement acheter un jeu juste pour ça, c'est léger... Alors certes, il y a aussi beaucoup de références, clins d’œils et personnages de l'univers du Tisseur, et sachant que c'est la suite du film, pas mal d'informations intéressantes. Mais contrairement à Spidey, l'histoire ne vole pas bien haut et n'est pas très originale. Le prix est donc excessif si l'on prend tout en compte, et il peut convenir d'attendre un peu avant de se le procurer... Quand à moi, je vous tisse ma révérence et je retourne m'éclater entre les buildings !


P.S. : et niveau bonus, pas mal de choses à débloquer, la plus sympa étant des comics à lire sur votre console ! Des numéros cultes genre « Première histoire de Spider-Man », « Première apparition de Gwen Stacey », « Première apparition du Lézard », etc... Et en quasiment tous en VF, s'il-vous-plait !

Jeu-The-Amazing-Spiderman-PS3